La force du nombre

Fondée en 1975, Les Producteurs de bovins du Québec (PBQ) est une association agricole constituée en vertu de la Loi sur les syndicats professionnels.

Forts de quelque 13 900 producteurs répartis sur près de 9 600 entreprises agricoles à travers tout le Québec, les PBQ sont formés de 14 syndicats régionaux. Les producteurs de bovins du Québec commercialisent annuellement 600 400 bovins pour une valeur à la ferme d’environ 566 millions de dollars de ventes, ce qui en fait la quatrième production animale en importance au niveau de la province québécoise. C’est également 6 500 emplois et 515 millions de valeur ajoutée au Québec.

Grâce à leur affiliation à l’Union des producteurs agricoles (UPA), les PBQ étendent leur réseau d’influence et bénéficient d’une force collective imposante pour développer et mettre en œuvre des solutions adaptées à la réalité québécoise des secteurs du bœuf et du veau.

Des outils pour faire avancer la production

Depuis 1982, les PBQ gèrent le Plan conjoint des producteurs de bovins du Québec qui s’applique à ses cinq secteurs de production : veau d’embouche, bouvillon, bovin de réforme et veau laitier, veau de grain et veau de lait. Ce plan leur confère le pouvoir de réglementer la mise en marché des bovins en vue de la rendre plus ordonnée et efficace.

Les PBQ administrent également un programme de garantie de paiement qui protège les producteurs contre d’éventuelles faillites d’acheteurs ou d’encans.

Ils disposent d’un fonds de recherche leur permettant d’être partie prenante dans d’importants projets auxquels sont aussi associés les gouvernements, des universités, des centres de recherche et des partenaires privés. L’environnement, la santé et le bien-être animal, les techniques d’élevage, l’économie et la mise en marché sont autant de domaines couverts par les projets de recherche.

Les secteurs veau de grain et veau de lait disposent de leur propre fonds de promotion. Ils utilisent ces budgets pour accroître la notoriété et la consommation de leurs produits auprès des consommateurs du Québec et d’ailleurs.

S’impliquer en aval de la production

Depuis 2002, les PBQ sont actionnaires de Réseau Encans Québec qui transige plus de 75 % des bovins vendus par encan au Québec. Les producteurs ont également investi collectivement dans des entreprises de transformation alimentaire en aval de leur production.

Mission et valeurs

Le mandat premier des PBQ consiste à défendre et à promouvoir les intérêts professionnels, économiques et sociaux des producteurs de bovins du Québec.

Dans le but d’assurer à tous les producteurs de bovins du Québec le meilleur revenu net possible, procurant ainsi une qualité de vie décente, les PBQ se donnent pour mission de :

  • soutenir le développement et la croissance des entreprises, de la production et de l’ensemble de l’industrie bovine du Québec, en vue d’offrir à notre client ultime, le consommateur, un produit de qualité répondant à ses exigences.
  • gérer efficacement les mécanismes de mise en marché collectifs, tout en respectant le rythme de développement de chaque secteur de production.
  • soutenir la mise en commun de préoccupations particulières aux secteurs de production ainsi que la recherche de solutions pouvant profiter à l’ensemble des producteurs.

Les défis de la production

  • Offrir une réponse à la demande accrue des consommateurs pour des produits différenciés
  • Faire face à une compétition féroce et aux aléas du marché
  • Éloignement des abattoirs
  • Reconstruction du cheptel bovin québécois
  • Composer avec un coût de production différencié des autres
    • Climat nordique
    • Exploitations agricoles de petite taille comparativement au reste de l’Amérique du Nord
    • Normes parmi les plus sévères (environnement, traçabilité, certification, bien-être animal, etc.)

Des présidents engagés

Les élus sont présents dans l’action. Ils s’impliquent et priorisent les grandes orientations des PBQ au nom des producteurs de bovins du Québec. Qui sont-ils?

Depuis 2012 • Claude Viel

Originaire du Bas-Saint-Laurent, M. Claude Viel est un producteur de veaux d’embouche et un producteur laitier. Il possède une très grande expérience dans les secteurs bovin et laitier. 

M. Viel est impliqué depuis 1987 au sein des PBQ, d’abord à titre de représentant au comité de mise en marché des veaux d’embouche puis dès 1995, à titre de président du Syndicat des producteurs de bovins du Bas-Saint-Laurent au conseil d’administration des PBQ. En 2004, il est élu membre du comité exécutif des PBQ et en devient le vice-président en 2010. Il préside les PBQ depuis 2012.

 

1994 à 2012 • Michel Dessureault

C’est en 1994 que le 6e président des PBQ, M. Michel Dessureault, producteur laitier et par la suite producteur vache-veau, de la région de la Mauricie accède à ce poste. La même année, le fonds de recherche des PBQ prend forme. Sous sa présidence, de nombreuses mesures visant à accroître la qualité des produits sont mises en place (certification dans le secteur veau de grain, vaccination des veaux d’embouche, Bœuf Qualité Plus, etc.).

M. Dessureault a été un des artisans de la mise en œuvre du programme d’identification permanente et de traçabilité des bovins en 2002. En 2003, malgré la crise de l’ESB, dévastatrice pour le secteur bovin, le leadership de M. Dessureault permettra aux producteurs de réaliser des investissements collectifs dans des entreprises structurantes en aval de la production. Un tournant majeur dans l’histoire du Plan conjoint.

 

1991 à 1994 • André Moreau

De 1991 à 1994, c’est au tour de M. André Moreau, producteur de lait de la région de Saint-Hyacinthe, d’assumer la présidence des PBQ. Il participa à la création de l’agence de vente des veaux d’embouche. La crise de la diarrhée virale bovine (BVD) marquera ses années à la présidence. Grâce à sa ténacité, il réussit à obtenir une importante aide financière du gouvernement pour sauver de la faillite les entreprises touchées par cette maladie contagieuse.

 

1985 à 1991 • Gilles Laurent

M. Gilles Laurent, producteur vache-veau et engraisseur de la région de Lanaudière, a été à la tête des PBQ de 1985 à 1991. Les premières grandes réalisations du Plan conjoint se sont concrétisées durant les six années de sa présidence. Mentionnons la création des agences de vente de bovins de réforme et veaux laitiers, des veaux de grain et des bouvillons, ainsi que la mise en place du fonds de garantie de paiement.

 

1982 à 1985 • Jean-Guy Brossoit

De 1982 à 1985, M. Jean-Guy Brossoit, producteur de bouvillons de la région de Saint-Jean-Valleyfield, a finalisé les négociations menant à l’adoption même du Plan. Sa présidence aura été marquée par la tenue des deux référendums en 1982, le premier pour tous les producteurs de veaux et le second pour l’ensemble des producteurs de bovins. C’est M. Brossoit qui a mis en place les comités de mise en marché et, surtout, amorcé les premières négociations avec les encans et les abattoirs.

 

1978 à 1982 • Jean-Marie Tremblay

Le Plan conjoint se matérialise sous la présidence de M. Jean-Marie Tremblay (1978-1982), producteur vache-veau et engraisseur de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. M. Tremblay est réputé comme un fin stratège. Il a participé aux nombreuses négociations et conciliations avec les différents groupes de producteurs pour définir les caractéristiques propres au Plan conjoint des producteurs de bœufs et de veaux.

 

1974 à 1978 • Aimé Labonté

M. Aimé Labonté, producteur vache-veau de la région de Québec, a été le président fondateur de la Fédération des producteurs de bovins du Québec, de 1974 à 1978. Son règne aura été marqué entre autres par l’adoption de la Loi sur l’assurance stabilisation et la mise en place des régimes d’assurance veaux d’embouche et bouvillons.


Des secrétaires consciencieux

Depuis 2017 • André Roy

M. André Roy occupe le poste de directeur général depuis 2017. Sa carrière est principalement composée d’une trentaine d’années d’expérience en mise en marché dans le secteur agroalimentaire, notamment dans le domaine du commerce international. À compter de 2006, M. Roy a assumé les responsabilités de directeur de la mise en marché pour le secteur bouvillon des PBQ et a occupé simultanément et successivement les mêmes fonctions pour les secteurs veau d’embouche et bovin de réforme et veau laitier.

De plus, M. Roy détient un baccalauréat et une maîtrise en sciences économiques de l’Université de Montréal ainsi qu’un MBA de l’Université de Sherbrooke. Il siège également sur le conseil d’administration de l’Agence canadienne de classement du bœuf.

 

2011 à 2017 • Jean-Philippe Deschênes-Gilbert

M. Jean-Philippe Deschênes-Gilbert a été directeur-général des PBQ de 2011 à 2017. C’est avec plusieurs années d’expériences, principalement à titre de secrétaire de la Relève agricole, qu’il a succèdé à Gaëtan Bélanger au mois d’août. Après avoir occupé plusieurs postes à l’UPA, il a notamment bonifié ses expériences du milieu syndical agricole en occupant un poste de chargé de mission pour le plus gros syndicat agricole de France (FNSEA).

M. Deschênes-Gilbert a été à la tête d’une équipe d’employés œuvrant principalement en mise en marché, alors que les PBQ entreprennent un exercice majeur de planification stratégique dans tous ses secteurs de production.

1985 à 2011 • Gaëtan Bélanger

M. Gaëtan Bélanger est à la barre depuis 1985 comme 6e secrétaire des PBQ (le premier à plein temps aux PBQ). M. Bélanger est entré en fonction à l’été 1982 à titre d’agent de développement. Il aura assisté au 2e vote du Plan conjoint à l’automne 1982. M. Bélanger s’est impliqué et dévoué pour la cause des producteurs de bovins du Québec. Il aura largement contribué à l’avancement du secteur bovin québécois. Il a su monter et gérer une équipe qui compte aujourd’hui une trentaine d’employés. Cette équipe effectue les opérations quotidiennes de mise en marché et fait avancer les différents dossiers de manière à constituer un environnement d’affaires propice à la croissance et au développement de la production des entreprises bovines québécoises.

1981 à 1985 • Jean-Marc Bélanger

Cinquième secrétaire de 1981 à 1985, M. Jean-Marc Bélanger a été engagé par l’UPA à titre de directeur du Secteur des productions animales (porc et bovin). M. Bélanger intègre les PBQ lors d’une période de grande fébrilité. Il a participé aux nombreuses négociations et conciliations qui ont finalement mené à un consensus sur la tenue des deux référendums sur le Plan conjoint. Au printemps 1982, les producteurs de veaux lourds l’adoptaient alors que le 29 décembre 1982, le Plan conjoint des producteurs de bovins couvrait dorénavant l’ensemble de la production. M. Bélanger aura aussi largement contribué à la mise en œuvre du Plan avec la création des comités de mise en marché et les premières négociations avec les abattoirs et les encans, pour assurer, entre autres, la perception de la contribution de base consolidant le financement du Plan conjoint.

1981 • Jacques Morin

En 1981, M. Jacques Morin est devenu le 4e secrétaire des PBQ. M. Morin n’est resté que quelques mois à l’emploi de l’UPA à titre de directeur du Secteur des productions animales (porc et bovin). Son passage au PBQ aura été de courte durée. M. Lemay a assumé l’intérim.

1980 à 1981 • André-Côme Lemay

En 1980-1981, M. André-Côme Lemay a agi à titre de 3e secrétaire des PBQ, un an à peine après avoir été promu directeur des Services de mise en marché de l’UPA. À l’été 1981, c’est M. Lemay qui a acheminé le projet de Plan conjoint à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec. Il a de plus collaboré à la stratégie référendaire pour assurer le succès du vote sur le Plan conjoint. Il a accompagné les PBQ durant plusieurs années, jusqu’à sa retraite.

1976 à 1980 • Jacques Labrie

M. Jacques Labrie, 2e secrétaire des PBQ, de 1976-1980, a également travaillé pour l’UPA. M.Labrie occupait alors le poste de responsable du Secteur des productions animales (porc et bovin). Il a activement participé à la création des premiers programmes d’ASRA dans le secteur bovin (veau d’embouche en 1976, bouvillon en 1978). C’était aussi l’époque des fameuses conférences socio-économiques du gouvernement du Québec. Avec M. Jean Garon (alors ministre de l’Agriculture), M. Labrie a participé aux premières ébauches du Plan conjoint.

1974 à 1976 • Maurice Mercier

De 1974 à 1976, M. Maurice Mercier aura été le premier secrétaire des PBQ. Il était alors directeur du Service de mise en marché à l’UPA. Soulignons qu’en 1979, M. Mercier a été promu secrétaire général adjoint de l’UPA. M. Mercier est ainsi demeuré dans l’entourage des PBQ pendant plusieurs années.