Coup d’œil

Au Québec, deux types de veaux se destinent à la production de viande de veau : le veau de grain et le veau de lait. La distinction provient surtout de leur mode d’alimentation, l’un étant nourri principalement au grain et l’autre au lait.

Tout débute sur une ferme laitière, où la vache, pour donner du lait, doit également produire des veaux. Après 9 mois de gestation, elle donnera naissance à un petit veau laitier.

L’avenir du jeune bovin dépendra de son sexe. S’il s’agit d’un veau laitier mâle, il sera destiné à la production de viande de veau alors qu’une femelle (génisse) deviendra une vache laitière.

Le mode d’élevage

Les veaux de grain sont élevés dans un environnement qui favorise leur bien-être et leur développement. Ils sont élevés en groupe, libres de circuler à leur gré dans de vastes enclos. Les bâtiments sont conçus pour leur procurer beaucoup d’espace et de lumière.

La production de veaux de grain au Québec bénéficie également du programme de traçabilité d’ATQ pour les bovins. Ce programme assure le suivi du veau de la ferme d’origine jusqu’à l’abattoir.

Deux étapes distinctes caractérisent l’élevage du veau de grain : une période d’élevage en pouponnière, suivie d’une période d’engraissement, appelée aussi finition.

Visionnez la vidéo Rencontre avec un éleveur de veau de grain.

Le saviez-vous?

  • Au Québec, il y a 140 producteurs de veaux de grain. Les fermes sont réparties dans plusieurs régions du Québec, mais surtout en Montérégie et au Centre-du-Québec.
  • La ferme type spécialisée produit 773 veaux de grain par année.
  • La production annuelle totalise environ 71 600 veaux de grain. Les ventes annuelles avoisinent les 69 M$ (valeur à la ferme). 
  • Le veau de grain représente environ 9 % du volume et de la valeur de la production bovine québécoise.
  • Les producteurs de veaux de grain peuvent compter sur une industrie québécoise d’abattage et de transformation du veau de grain bien implantée : la totalité des abattages et environ 66 % de la transformation du veau de grain sont réalisés au Québec.
  • Dépenses du secteur veau de grain – veau de lait : 271 M$.
  • Pour chaque tranche de 100 M$ dépensée dans la filière veau au Québec en 2012, c’est 66 M$ en valeur ajoutée dans l’économie québécoise et 8,5 M$ en revenus gouvernementaux.
  • Main-d’œuvre : la filière veau lourd génère 2 500 emplois.

L’élevage du veau

elevageduveau_fr