Coup d’oeil

Grâce à l’importance du secteur laitier et celle du secteur de bovins de boucherie, le Québec peut compter sur un nombre considérable de bovins qui, lorsque l’heure de la retraite a sonné, sont vendus à l’abattoir pour leur viande. Ces bovins, qu’on appelle bovins de réforme, produisent une viande de qualité, principalement du bœuf haché, qui est destiné, entre autres, aux chaînes de restauration rapide.

Au fil des ans, la viande de bovins de réforme s’est taillée une place enviable à l’échelle nationale et sur les marchés d’exportation. La qualité du cheptel, les systèmes de traçabilité et d’inspection à l’abattoir sont autant d’atouts qui ont permis aux producteurs du Québec d’augmenter la valeur commerciale de leurs animaux.

Pourquoi réforme-t-on les animaux ?

La fonction première d’une vache laitière consiste à produire du lait! Mais saviez-vous qu’au terme de sa vie active, lorsqu’elle ne sera plus apte à donner du lait en quantité suffisante, la vache laitière connaîtra une « seconde vocation »? Elle sera alors réformée. Elles le sont généralement vers l’âge de 5 à 6 ans. Au Québec, on réforme annuellement environ 70 000 vaches laitières.

Le même scénario s’appliquera au secteur des bovins de boucherie. Même si la mission première de la vache de boucherie consiste à allaiter un veau de boucherie (veau d’embouche) à chaque année, quand l’heure de la retraite sonnera vers l’âge de 7 à 10 ans en moyenne, la vache de boucherie sera, elle aussi, vendue à l’abattoir pour sa viande. Les taureaux en fin de carrière sont aussi réformés. Environ 20 000 vaches de boucherie sont réformées annuellement dans la province.

En décidant de se départir des animaux en fin de cycle pour les remplacer par de plus jeunes bêtes, les producteurs s’assurent le renouvellement de leur cheptel. Cette rotation permet également d’améliorer le bagage génétique de leur troupeau.

Le saviez-vous?

  • Au Québec, 96 000 bovins (laitiers et de boucherie) réformés produiront plus de 67 millions de livres de viande de bœuf. Les ventes annuelles sont d’environ 141 M$.
  • Les Québécois consomment en moyenne 35 lb (16 kg) de bœuf haché par an.
  • Les hamburgers de votre chaîne de restauration rapide préférée, le filet mignon de la brasserie du coin ou le pâté chinois de la cafétéria de votre enfant ont un point en commun : ils sont probablement cuisinés avec de la viande provenant de vaches de réforme du Québec.