La minute bovine – Oct. 2013

La minute bovine, bien de son temps!

claudeviel

Bonjour,

Vous venez de recevoir le premier numéro de La minute bovine, version infolettre.

Vous nous avez demandé d’être plus informés, mieux informés. C’est dans cet esprit que la Fédération a effectué un virage électronique. Dorénavant, l’infolettre viendra à vous par courriel.

Vous y trouverez les informations que vous aviez l’habitude de recevoir et encore plus. En effet, des numéros spéciaux viendront s’ajouter à notre envoi mensuel afin de vous informer sur des sujets qui vous tiennent à cœur.

Surveillez votre boîte de courriels. En attendant, bonne lecture!

Claude Viel,
Président


 

Les rendez-vous bovins : des BBQ courus

rdvbovin137

L’activité BBQ Les rendez-vous bovins se termine ces jours-ci. À ce jour, 23 députés et ministres ont participé à des BBQ afin de leur faire connaître la production bovine et les sensibiliser aux retombées économiques du secteur, et ce, dans toutes les régions du Québec.

L’événement s’est déroulé à la grandeur du Québec, tout au long de l’été. Et comme le mentionnait le président, Claude Viel, lors du BBQ tenu en Abitibi : « L’objectif consiste à se faire connaître des décideurs, car on réalise qu’ils ont entendu parler de plusieurs secteurs, mais ils connaissent peu l’activité économique bovine. »

Ces BBQ sont une occasion unique de se présenter dans un environnement festif et concret, c’est-à-dire, directement à la ferme. Les ministres et députés rencontrés sont repartis en direction de Québec, pour la nouvelle session parlementaire, avec en tête une image plus tangible de la production bovine et des producteurs.


 

Le conseil d’administration au Bas-Saint-Laurent

img_1370Par Marie-Claude Dubuc

Les 22 et 23 août dernier avait lieu le conseil d’administration de la Fédération en région. Le Syndicat des producteurs de bovins du Bas-Saint-Laurent accueillait nos administrateurs dans leur belle région. 

Les administrateurs ont eu l’occasion de visiter des fermes sur lesquelles les producteurs ont su innover, mettre en place une belle relève et démontrer toute leur passion pour leur production.

La Fédération tient à remercier le Syndicat des producteurs de bovins du Bas-Saint-Laurent et tous ceux qui ont participé à la tenue de cet événement qui permet chaque année de tisser des liens avec des producteurs désireux de faire avancer la production bovine.


 

FADQ : 2 M$ en appui aux producteurs bovins

Par Ann Fornasier

Le 16 septembre dernier, La Financière agricole du Québec (FADQ) annonçait des mesures d’aide ponctuelles à la production bovine. Il est à noter que ces mesures sont en dehors du Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA).

Réintroduction d’une partie de la compensation versée sur la vache

25 % de la compensation sera sur la femelle de reproduction plutôt que sur le nombre de veaux vendus, et ce, à compter de l’année d’assurance 2014.

Le changement s’appliquera pour une période provisoire de deux ans. Cela permettra :

  • de mieux soutenir les entreprises en démarrage ou en expansion;
  • de réduire la pression sur le marché local de la femelle de reproduction;
  • d’apporter un certain soutien aux entreprises en cas de taux de mortalité anormalement élevés.

Programme d’aide spéciale aux producteurs de bouvillons et de veaux de grain

Un programme d’aide spéciale est annoncé afin d’offrir un soutien ciblé aux entreprises de bouvillons et de veaux de grain qui ont été affectées par la hausse importante et imprévue du prix des grains en 2012. Ce programme s’applique dans les régions périphériques (Abitibi-Témiscamingue, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Bas-Saint-Laurent-Gaspésie et Côte-Nord), de même que les secteurs qui ne remplissent pas les conditions requises à la production de maïs-grain (municipalités avec moins de 2 100 UTM).

D’ici la fin 2013, 18,40 $ par bouvillon (0,057 $/kg de gain) et 8,45 $ par veau de grain seront versés aux producteurs selon les volumes assurés au Programme ASRA pour l’année d’assurance 2012. Les montants attendus sont de 300 000 $.

Programme d’aide pour promouvoir l’engraissement des veaux d’embouche du Québec

Afin d’encourager et de promouvoir l’achat et l’engraissement des veaux d’embouche du Québec, un montant forfaitaire de 10 $ sera versé à l’assuré pour chaque achat de veaux nés et engraissés au Québec. Ce programme s’adresse aux entreprises qui participent au Programme ASRA pour le produit Bouvillons et dont l’approvisionnement en veaux d’embouche québécois est effectué au cours de la période s’échelonnant du 1er août 2013 au 31 mars 2014. Il représente une aide totalisant plus de 800 000 $.

Par ailleurs, des modalités spécifiques sont prévues pour les entreprises naisseurs-finisseurs qui engraissent leurs veaux jusqu’à la finition.  

Réactions de la Fédération

Par ces mesures d’aide, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et la FADQ reconnaissent que la production bovine vit de sérieuses problématiques. Cette reconnaissance est toutefois insuffisante pour le moment puisqu’elle couvre moins de 20 % de nos besoins. Certains de nos secteurs, notamment le veau de grain, ressentiront peu d’impacts de ces mesures.

La Fédération accueille ces mesures comme un pas dans la bonne direction, mais avec l’obligation de continuer à travailler avec le MAPAQ et la FADQ, et ce, très rapidement. Il faut des solutions durables!


 

ATQ : fin des droits exigibles

Par Jean-Sébastien Roy

En décembre dernier, le conseil d’administration de la Fédération adoptait une résolution demandant l’arrêt des droits exigibles en lien avec les identifiants vendus par Agri-Traçabilité Québec (ATQ). À la même période, le conseil d’administration d’ATQ décidait également d’abolir ce principe de droits exigibles. Des vérifications réglementaires devaient être effectuées avant de pouvoir préciser la date de mise en vigueur de la décision.

Vérifications faites, le règlement actuel permet l’abolition des droits exigibles. De plus, le non-versement de compensation d’ASRA dans le secteur bouvillon d’abattage en juillet dernier fait en sorte qu’ATQ se retrouve de nouveau à supporter financièrement les droits exigibles non perçus.

Un avis public a été publié dans La Terre de chez nous afin d’informer les producteurs du changement de prix des identifiants ATQ. Depuis le 30 septembre dernier, les identifiants ATQ sont maintenant vendus à partir d’une nouvelle base de prix et les droits exigibles sont donc abolis.

Reprise des ventes des identifiants FDX

Depuis l’automne 2011, les encans du Québec cherchaient une solution pour la lecture des identifiants FDX d’ATQ. Après plusieurs mois de tests auprès d’un fournisseur d’équipement de lecture et d’attente du gouvernement fédéral, les encans du Québec ont reçu une réponse positive d’aide financière dans le cadre du programme Initiative de la traçabilité des encans du bétail. Si tout va bien, l’ensemble des encans du Québec aura des équipements de lecture adaptés à la technologie FDX d’ici quelques mois. Les équipements lisent également la technologie HDX. Les identifiants FDX devraient être de nouveau en vente dès le 4 novembre auprès d’ATQ. Rappelons que les identifiants FDX sont plus abordables que les identifiants HDX.


 

Veau de lait et Veau de grain – Du réconfort dans votre assiette

Par Marie-Isabel Martineau

Cet automne, le Veau de lait et le Veau de grain du Québec proposent aux consommateurs des recettes réconfortantes qui ne passeront pas inaperçues. Elles sont savoureuses et surtout faciles à apprêter.

Consultez les sections spécialement identifiées :

Veau de lait du Québec

octobremijotevlminutebovine

Veau de grain du Québec

octobrecubesvgminutebovine


 

Engagement solidaire – Candidats recherchés

La Fédération des producteurs de bovins a besoin de vous!

Aidez-nous à identifier et à proposer des candidatures pour le Prix de l’engagement solidaire.

Ce prix unique en production bovine est remis lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération. Il souligne l’investissement d’hommes et de femmes qui font ou qui ont fait évoluer le secteur.

logoengagementsolidaire

Élu ou non, le candidat recherché se démarque par son engagement exceptionnel. Pour en savoir plus, consultez le formulaire au bovin.qc.ca.

Vous pouvez aussi contacter la Fédération au 450 679-0540, poste 8287, par télécopieur au 450 442-9348 ou par courriel à l’adresse suivante : fpbq@upa.qc.ca.

Date finale pour le dépôt des dossiers : le 31 janvier 2014.

 


 

Reprise dynamique des encans spécialisés

Par Eve Martin

C’est le 22 août dernier que la saison des encans spécialisés de veaux d’embouche s’est amorcée. Depuis, près de 12 000 veaux ont été commercialisés pour une augmentation de 9 % par rapport à la même période l’année dernière, soit près de 100 veaux par vente. La saison étant encore jeune, il faudra attendre encore quelques semaines avant qu’une tendance plus claire ne se dégage.

Au sujet des prix, le marché est très dynamique chez les mâles castrés des catégories de 500 à 800 lb avec des écarts variant de 15 à 21 $/100 lb depuis le mois d’août avec les marchés de l’Ouest. Chez les femelles, les écarts pour celles pesant plus de 600 lb sont de 7 $/100 lb ou plus. Le marché québécois pour les femelles de 500 à 600 lb était inférieur au marché de l’Ouest lors des deux premières semaines de vente. Toutefois, la semaine dernière, le prix de cette catégorie a augmenté fortement, passant de 145 $/100 lb à près de 160 $/100 lb. L’écart pour cette catégorie depuis le début de la saison est de 4 $/100 lb.

Le prix par rapport à l’an dernier est supérieur d’environ 15 $/100 lb pour les mâles castrés et de près de 10 $/100 lb chez les femelles.


 

Un nouveau code bovin est arrivé

Par Nathalie Côté

Le 6 septembre dernier, la Canadian Cattlemen’s Association (CCA) et le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (CNSAE) ont annoncé la publication du nouveau Code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie. Ce code est disponible en format électronique sur www.nfacc.ca/codes-de-pratiques/bovins-de-boucherie.

L’élaboration du code a été pilotée par un comité de 15 personnes composé de producteurs de bovins de boucherie (production vache-veau, semi-finition et engraissement), de représentants d’organismes voués au bien-être animal et à l’application des lois connexes, de chercheurs, de transporteurs, de transformateurs, de vétérinaires et de représentants du gouvernement.

Ils ont été aidés dans leur travail par un comité scientifique de six personnes incluant des chercheurs et des vétérinaires spécialistes du comportement, de la santé et du bien-être des bovins de boucherie.

Les codes de pratiques du Canada sont de puissants outils pour répondre aux attentes de plus en plus élevées des consommateurs, du marché et de la société en ce qui a trait au bien-être des animaux d’élevage. Les codes appuient les pratiques responsables en matière de soins des animaux et font en sorte que toutes les personnes impliquées dans le soin et la manipulation des animaux d’élevage soient sur la même longueur d’onde. Ils représentent notre entente nationale sur les soins exigés et les pratiques recommandées pour les animaux d’élevage; ils sont à la base de programmes d’évaluation des soins aux animaux et, dans certaines provinces, d’activités de réglementation.

Voici quelques commentaires des artisans de ce nouveau code : « Ce code de pratiques établit une nouvelle référence qui va améliorer la vie des bovins de boucherie au Canada », indique Geoff Urton, de la SPCA de la Colombie-Britannique, qui représente la Fédération des sociétés canadiennes d’assistance aux animaux au sein du Comité d’élaboration du code.

« Les producteurs bovins canadiens ont soin de leurs animaux tous les jours » affirme Ryder Lee, responsable des relations avec les gouvernements fédéral et provinciaux à la CCA. « Les gens qui connaissent peu l’élevage et les pratiques de l’industrie en général ne savent souvent pas très bien en quoi consistent ces soins. Le code de pratiques révisé pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie permettra aux gens de mieux comprendre tous les aspects de l’élevage de ces bovins. Et ils seront rassurés de savoir que le code intègre des pratiques scientifiquement éclairées qui sont faciles à appliquer pour les producteurs et qui répondent aux attentes du public à l’égard des soins aux animaux. »

Les sanctions administratives pécuniaires dans 37 règlements

Le 19 juin dernier, le gouvernement du Québec a adopté un décret introduisant des sanctions administratives pécuniaires (SAP) dans 37 règlements découlant de la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE). Ce nouveau régime de SAP était déjà en vigueur dans la LQE depuis près de deux ans et le sera dorénavant entre autres pour le Règlement sur les exploitations agricoles (REA).

Le ministère de l’Environnement peut dorénavant sévir sans avoir préalablement procédé à une enquête. En effet, les SAP seraient imposées par des fonctionnaires désignés par le ministre après l’évaluation et la constatation d’un manquement. Ce nouveau régime suscite une vive controverse en raison du fait qu’il inverse le fardeau de la preuve, en obligeant le contrevenant à démontrer qu’il n’est pas en faute. Ces modifications ont été adoptées malgré l’opposition de l’UPA lors des différentes consultations. L’UPA a d’ailleurs rencontré les représentants du MAPAQ et du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs à cet effet pendant l’été et d’autres discussions auront lieu cet automne afin de demander des modifications au REA.


 

Tous au Congrès boeuf pour savoir : Comment mieux décider?

congres_boeuf

Voilà le thème du prochain Congrès bœuf qui se déroulera le 12 octobre prochain au parc de l’exposition à Victoriaville. Au menu, des conférences sur l’efficacité des chantiers fourragers, le coût de la semi-finition et l’utilisation de la bourse.

L’activité est gratuite pour les producteurs agricoles. On vous y attend dès 9 h.

 

 

 


 

Progression du programme VBP

vbp_logo_pms

L’intérêt pour le programme canadien de salubrité des aliments pour le bœuf, Verified Beef ProductionTM (VBPTM), continue de croître. On dénombre actuellement 1 004 entreprises bovines enregistrées au programme qui produisent quelque 20 % du bœuf du Canada. Outre les producteurs de l’Ouest, ceux du Québec font bonne figure avec presque 60 % du volume de bouvillons d’abattage qui provient de fermes enregistrées VBPTM.

Le programme entreprendra un virage par l’ajout de nouveaux modules au cours des prochaines années, soit les modules biosécurité, bien-être animal et environnement.

Le programme VBP™ a été développé par l’industrie bovine pour améliorer la confiance des consommateurs envers les pratiques utilisées par les producteurs de bovins.

 

Retour aux articles