Coup d’oeil

La Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche, donne aux producteurs des pouvoirs collectifs qui leur permettent d’organiser la mise en marché de leurs produits pour la rendre plus ordonnée et efficace.

S’ils souhaitent se prévaloir de ces dispositions, les producteurs doivent adopter un plan conjoint (par référendum) et définir ensemble les pouvoirs spécifiques nécessaires à l’organisation de leur mise en marché.

La Loi accorde aux PBQ les pouvoirs leur permettant de négocier collectivement au nom des producteurs, les conditions de mise en marché des bovins et de règlementer les conditions de production et de mise en marché en commun. Les PBQ exercent leur pouvoirs sous la surveillance de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Par ses interventions, la Régie doit assurer le bon usage des outils et des pouvoirs que confère la Loi aux producteurs ainsi que l’équilibre nécessaire pour que le système de mise en marché serve non seulement les intérêts des différents intervenants, mais aussi ceux des consommateurs et du public en général.

La Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche oblige la Régie à procéder à une évaluation quinquennale des interventions des plans conjoints de mise en marché. En 2015, les PBQ présentaient, en séance publique, l’ensemble de leurs actions en matière de mise en marché pour les cinq secteurs de production sous leur responsabilité. Il s’agissait du cinquième exercice d’évaluation périodique, le dernier ayant eu lieu en 2010.

Fière de ce quatrième rapport quinquennal qui témoigne de la qualité de leur travail et de la pertinence de leurs choix et orientations, les PBQ entendent poursuivre leur mission dans un même esprit de partenariat et de concertation qui les ont toujours animés, avec l’appui des producteurs.

Le chemin parcouru depuis 1982

C’est grâce à « la force du nombre » que le Plan conjoint des producteurs de bovins a vu le jour en 1982, résultat d’un référendum mené auprès des 28 002 producteurs et approuvé par une forte majorité (78 % des votants).

Les éleveurs de bœufs et de veaux, ainsi que les producteurs laitiers se sont collectivement donné les moyens d’améliorer leurs conditions de production et de vente et d’améliorer leur rapport de force avec les différents intervenants de l’industrie.

Un quart de siècle d’actions et d’innovations plus tard, outre les nombreuses avancées, c’est l’engagement humain que l’on retient, celui qui permet aux projets initiés d’être couronnés de succès et qui assure au consommateur, un produit de bœuf ou de veau qui rencontre ses plus hautes exigences.

Les pouvoirs du Plan conjoint

En vertu de la Loi, chaque groupe de producteurs détermine les pouvoirs de son Plan conjoint. Les producteurs de bovins lui ont donné les paramètres suivants :

Réglementation
Création d’agences de vente, versements de contributions et plus.

Négociation
Conditions de vente, de paiement, de garantie de paiement, établissement de normes de qualité du produit et plus.

Développement
Création de fonds de publicité, de recherche et diffusion d’information sur les marchés et plus.

bulletin_vote