INFOLETTRE
La Minute bovine : novembre 2022

 

CLIQUEZ SUR VOTRE SECTEUR POUR VOS NOUVELLES

       

 


COUP D’OEIL SUR LES MARCHÉS DU BOEUF ET DU VEAU

 

Version française
English version

Retour en haut


 

Cliquez sur un secteur pour les prix du marché

BOUVILLON
BOVIN DE RÉFORME ET VEAU LAITIER
VEAU DE GRAIN
VEAU DE LAIT
VEAU D’EMBOUCHE

Retour en haut

 

ÉVÉNEMENTS À VENIR

Filière boeuf 

Filière boeuf et veau

    • AGA 2022 : Hotel Concorde Québec – 27, 28 et 29 mars (RÉSERVEZ VOTRE AGENDA)

Vous désirez participer au succès de l’AGA 2022 ? Devenez, vous aussi, commanditaire !

Téléchargez le plan de commandite

Retour en haut

ACTUALITÉS

Colloque de l’industrie bovine québécoise 2022 – Un succès sur toute la ligne !

Le premier Colloque de l’industrie bovine québécoise (CIBQ) en présentiel s’est tenu le 8 novembre dernier au Centre des congrès de Saint-Hyacinthe. Cette invitation des Producteurs de bovins du Québec a rassemblé plus de 165 personnes incluant des acteurs de la distribution alimentaire, du secteur de l’abattage, de la transformation, des gouvernements provincial et fédéral, des fournisseurs d’intrants et d’équipement et des producteurs de bœufs et de veaux. Un succès qui a témoigné de la volonté de toute la filière à poursuivre un dialogue constructif pour tous!

Cette année, les participants on pu assister à la conférence du spécialiste reconnu Kevin Grier portant sur le marché des bovins, de recueillir le témoignage de Stéphane Bergeron, représentant de Sobey’s, entreprise du secteur du détail alimentaire et de Montpak International, entreprise mettant en marché divers produits de bœuf et de veau qui est venu nous parler des défis et opportunités des marques de commerce. L’importance de la durabilité pour la filière bovine a aussi été abordée par deux spécialistes du sujet, Isabelle Charron d’AGÉCO et Nathalie Côté des PBQ. Le partenaire officiel de l’événement, Délimax-Montpak, s’est également adressé aux participants. Parallèlement, plusieurs exposants étaient présents et un participant a remporté le prix de présence, un BBQ d’une valeur de 1 200 $ offert par BMR!

Déjà plusieurs partenaires ont démontré de l’intérêt à prendre part à l’organisation et au financement d’un prochain CIBQ. Un rendez-vous futur à ne pas manquer!

Source : CIBQ

Retour en haut


Les meilleurs moments du colloque présentés par Délimax/Montpak !

Revoyez des extraits des meilleurs moments du Colloque de l’industrie bovine québécoise 2022! Un succès ayant rassemblé plus de 165 personnes à Saint-Hyacinthe! Une journée avec un effet bœuf et une finesse veau! Merci à tous les participants, commanditaires, exposants et conférenciers!

Source : CIBQ

Retour en haut


Résultats du sondage VBP+

159 répondants répartis comme suit :

Que pensent-ils de VBP+? Apprenez-en plus en consultant le détail du sondage ICI

Source : PBQ

pour consulter la liste des producteurs certifiés cliquez ici

Retour en haut


Vous voulez voir ou revoir ces webinaires :

Stratégies pour limiter les impacts des changements climatiques sur les infracstructures

 

 

 

Cliquez ICI

 

 

 

 

Soirée d’information pour les producteurs de bovins (boeufs et veaux), caprins et ovins

 

 

 

Cliquez ICI

 

Retour en haut

BOVIN DE RÉFORME ET VEAU LAITIER

Présence de résidus médicamenteux dans les bovins à l’encan

Les bovins de réforme mis en marché au Québec sont transformés dans des abattoirs au Canada et aux États-Unis. Les normes de salubrité des carcasses en matière de résidus médicamenteux étant différentes entre les États-Unis et le Canada, il importe de veiller au respect des indications approuvées et des délais de retrait avant l’abattage en vigueur dans les deux pays.

Bien que les bovins soient vendus tels que vus dans les encans du Québec, la Loi sur la protection sanitaire des animaux (LPSA) édicte que le vendeur de l’animal est tenu responsable lorsqu’il y a présence de résidus médicamenteux lors de l’abattage.

Pour s’informer sur les différentes homologations et spécifications des médicaments utilisés dans les troupeaux québécois, visionnez ce webinaire animé par Dr Paul Baillargeon tenu le 22 avril dernier.

 

Un cahier de référence sur le sujet développé par les PBQ et l’Association des Médecins Vétérinaires Praticiens du Québec est accessible en ligne

Pour recevoir une copie papier du cahier de référence, veuillez en faire la demande par courriel à agencebrvl@upa.qc.ca.

Source : PBQ

Retour en haut

VEAU DE GRAIN

Développement d’un système novateur de classement des carcasses de veaux de grain

 

Le projet de développement d’un système novateur de classement des carcasses de veaux a pour objectif de développer une méthode d’évaluation du rendement en viande maigre basée sur la méthode de la réglette utilisée actuellement dans le secteur du bouvillon d’abattage.

Le projet permettra également l’expérimentation de la bio-impédance et d’évaluer le potentiel de différentes technologies de vision pour évaluer le rendement en viande des carcasses de veaux de grain. Ces essais permettront d’acquérir certaines connaissances pouvant orienter de futures recherches vers des projets novateurs dans le domaine de l’évaluation du rendement et de la valeur marchande des carcasses de veaux.

À ce jour, les chercheurs ont terminé la prise de données sur un échantillon de 300 demi-carcasses de veaux sélectionnées en fonction de la race et du sexe. Les données sont prises en deux temps. Le premier cycle débute au moment de l’abattage, à l’abattoir de Saint-Germain-de-Grantham, par une équipe de chercheurs du Centre de recherche et de développement (Centre) d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) de Sherbrooke. De nombreuses mesures sont colligées dont la bio-impédance, la surface de viande maigre de l’œil de longe, la température et l’humidité de la viande. De plus, les demi-carcasses sont numérisées à l’aide d’une caméra 3D.

Puis les demi-carcasses de veaux sont expédiées par camion réfrigéré au Centre d’AAC, situé à Lacombe en Alberta où le second cycle peut alors débuter. Des mesures par caméra sont effectuées puis une dissection complète des carcasses est réalisée permettant de déterminer les proportions en viande maigre, en gras et en matière osseuse. L’analyse des résultats débutera en décembre et le dépôt du rapport final est prévu pour la fin mars 2023.

De gauche à droite : Denis Pelletier, PBQ, et l’équipe de recherche d’AAC de Sherbrooke Marcel Marcoux, Gérald Bernatchez, Lynda Marier, Catherine Thibault et Alex-Ann Breton lors des travaux d’échantillonnage à l’abattoir Saint-Germain. Absente sur la photo : Liette Veilleux

Source : PBQ

Retour en haut

VEAU DE LAIT

Résultats préliminaires du projet de recherche Développement d’un outil d’évaluation des lésions de caillette dans le veau de lait

La présence d’ulcères de caillette chez les veaux de lait peut avoir des incidences fâcheuses pour le bien-être des animaux. L’animal qui en souffre est moins productif et, si l’ulcère est très sévère, il peut en mourir. Pour l’entreprise, les pertes économiques associées à des animaux malades peuvent être élevées, surtout lorsque les cas de mortalité surviennent au moment où les veaux sont prêts à être mis en marché.

La Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal a réalisé une étude pilote sur la validation d’un score d’évaluation des lésions de la caillette chez les veaux de lait du Québec. Ainsi, du 27 juin au 11 juillet 2022, 76 caillettes ont fait l’objet d’observations par une équipe de chercheurs.

Une forte prévalence des lésions à des degrés de sévérité variables a été constatée. La portion glandulaire est moins affectée que la portion pylorique et le torus pylorique. Selon les types de lésions, celles-ci ont été classées par niveau de sévérité, entre l’érosion, l’ulcère et la cicatrice.

Il apparaît pertinent de poursuivre les recherches pour une deuxième phase ayant pour objectif d’identifier les facteurs de risque qui causent l’érosion.

Source : PBQ

Retour en haut

 

VEAU D’EMBOUCHE

Mission en Ontario

Du 25 au 27 octobre derniers, les membres du comité de négociation veau d’embouche se sont rendus en Ontario. Lors de cette mission, ils ont visité un parc d’engraissement, un encan de veaux semi-finis et un encan de lots anonymes. Une rencontre a également eu lieu avec des employés et des producteurs de Beef Farmers of Ontario.

L’objectif de cette tournée était de mieux connaître la mise en marché des veaux d’embouche de notre province voisine. Des analyses seront effectuées dans les prochaines semaines afin d’évaluer la faisabilité de mettre en place de nouvelles options de mise en marché pour les veaux d’embouche du Québec.

Source : PBQ

Retour en haut


Lancement du site web MONTAUREAU.COM dès janvier 2023!

C’est avec plaisir que l’équipe du PATBQ et du CDPQ annonce le lancement du site web MONTAUREAU.COM

MONTAUREAU.COM c’est quoi ? Une vitrine qui centralise l’offre de taureaux de race pure enregistrés où :

  • Les éleveurs pourront inscrire leur entreprise et afficher leurs taureaux;
  • Les acheteurs profiteront des informations pertinentes relatives à l’offre de taureaux pour faire un achat éclairé.

La création de cet outil web a été rendue possible grâce au Programme de développement sectoriel, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec, et réalisé par l’équipe du PATBQ au Centre de développement du porc du Québec inc., en partenariat avec les Producteurs de bovins du Québec et le Groupe Bovi-Expert.

Pour en savoir plus sur ce projet cliquez ici.

Source : PATBQ

Retour en haut


L’eau : le nutriment le plus important

Dans cette vidéo, Vincent Blondin, agronome et membre du groupe Bovi-Expert, nous résume les points importants à prendre en considération lorsqu’il est question de l’abreuvement des animaux au pâturage.

Les bovins sont des proies et leur comportement grégaire doit être compris afin de mettre en place des installations qui vont maximiser la consommation d’eau de chacun des animaux du troupeau.

Il ne faut surtout pas minimiser la quantité d’eau que les veaux de boucherie peuvent consommer lorsque cette ressource leur est facilement accessible. Leur consommation en eau est directement reliée à leur potentiel de gain de poids.

Source : PATBQ

Retour en haut


Comment bien planifier le sevrage des veaux

Dans cette vidéo, Kim Lemay, agronome et membre du groupe Bovi-Expert, explique les différentes étapes à effectuer pour bien réussir le sevrage des veaux.

 

Elle mentionne aussi deux méthodes de sevrage qui diminuent le stress chez les bovins en sevrant les animaux en deux étapes : soit le retrait de l’alimentation lactée suivi du sevrage physique de la mère et de son veau.

 

Il est important de comprendre que le stress vécu par les veaux lors du sevrage a un impact négatif sur leurs performances et qu’une bonne préparation permet d’obtenir une transition plus agréable tant pour les mères que pour les veaux.

Source : PATBQ

Retour en haut


Analyse de groupe veaux d’embouche : Qu’est-ce que c’est? 

Vous souhaitez améliorer la rentabilité et la productivité de votre entreprise vache-veau ? Le projet d’analyse de groupe est fait pour vous ! En participant à l’analyse de groupe, vous serez en mesure de connaître vos forces ainsi que vos points techniques et économiques à améliorer, en plus de pouvoir comparer vos résultats avec la moyenne des entreprises participantes.

Pour en savoir plus, visionnez la vidéo promotionnelle et laissez-nous vos coordonnées en cliquant sur ce lien : https://forms.gle/bkA8bScnvqv7n8pg7  

Source : PATBQ

Retour en haut

BOUVILLON D’ABATTAGE

Situation des inventaires et de l’offre bovine en Amérique du Nord

 

Voici l’évolution des inventaires de bovins de type boucherie pour les États-Unis et le Canada :

Les cheptels de vaches de boucherie sont actuellement à la baisse dans les deux pays en raison de la réforme et la diminution de l’inventaire des sujets de relève.

L’interprétation des données tient compte des paramètres suivants :

  • le cycle de sécheresse vécu sur le continent au cours des dernières années;
  • les impacts résiduels de la COVID-19, soit des mesures sanitaires dans la filière abattage et transformation;
  • la hausse des coûts d’alimentation.

Cheptel
États-Unis : Inventaire au 1er juillet 2022 et évolution par rapport à 2021

 

 

 

 

Canada : Inventaire au 1er juillet 2022 et évolution par rapport à 2021

 

 

 

 

À court terme, l’offre totale de bovins est forte. Cette offre est cependant soutenue par la réforme des sujets reproducteurs et la réorientation des sujets de relève vers l’engraissement pour abattage. Le fort déclin du cheptel reproducteur fait donc prédire une baisse significative de la production bovine nord-américaine dans les mois et années à venir.

Volumes d’abattage
États-Unis : Janvier 2022 au 15 octobre 2022

 

 

 

 

 

Canada : Janvier 2022 au 15 octobre 2022

 

 

 

 

 

Source : USDA, StatCan

Retour en haut

NOUVELLES DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

AUX PRODUCTEURS AGRICOLES
La Financière agricole présente les programmes Agri-investissement, Agri-stabilité et ASRA sous forme de vidéo.

Visionnez la vidéo et apprenez-en plus sur ces programmes complémentaires pour une protection maximale de vos revenus agricoles.

Bon visionnement!

Source : FADQ

Retour en haut


Rétribution des pratiques agroenvironnementales : formulaire de déclaration annuelle disponible

Si vous êtes inscrit à l’Initiative ministérielle de rétribution des pratiques agroenvironnementales (RPA), le formulaire de déclaration annuelle 2022 des superficies de pratiques appliquées est maintenant disponible dans votre dossier en ligne. Vous avez jusqu’au 15 décembre 2022 pour le remplir et nous le soumettre.

Rappelons que le gouvernement du Québec a élaboré la RPA pour encourager les efforts des entreprises agricoles qui mettent en place des pratiques agroenvironnementales qui vont au-delà des exigences réglementaires et qui génèrent des gains environnementaux importants.

Pour connaître les démarches à faire avant de remplir votre formulaire de déclaration, consultez le document Actions à poser pour votre participation. Vous pouvez également consulter la page Aide à la déclaration en ligne pour obtenir plus d’information et voir les vidéos d’aide à la déclaration.

1 800 749-3646 I www.fadq.qc.ca

Source : FADQ

Retour en haut

NOUVELLES DE L’ASSOCIATION CANADIENNE DES BOVINS

 

La CCA représente les producteurs de bœuf canadiens lors des rencontres du Comité de la sécurité alimentaire mondiale des Nations Unies.

Read the original article

Au début du mois, des représentants de l’Association canadienne des bovins (ACB) ont participé aux rencontres du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) des Nations Unies qui se sont tenues à Rome. Les rencontres avaient comme objectif d’améliorer les systèmes alimentaires et la planète.

Des représentants de l’ACB, incluant de jeunes représentants du Canadian Cattle Young Leaders de l’ACB et du Canadian Cattle Youth Council, ont partagé le message que les producteurs de bœuf du Canada produisent un produit de protéine de haute qualité, et ce, de manière durable.

Certains faits saillants lors de la semaine de rencontres, connue sous le nom de CSA 50, comprenaient une rencontre avec Dr Thanawat Tiensin, Directeur de la production et de la santé animale en matière de bétail durable de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’ACB était heureuse de participer aux discussions afin que l’industrie mondiale du bétail continue à raconter son histoire de développement durable.

L’un des principaux sujets de l’évènement était les jeunes et les Recommandations de politiques du CSA sur la promotion de l’engagement et de l’emploi des jeunes en agriculture et dans les systèmes alimentaires ont été adoptées. Lors de la rencontre, la coordonnatrice du Youth Leadership de l’ACB, Jessica Radau, a parlé des outils et du soutien requis pour habiliter les jeunes dans des systèmes alimentaires durables, particulièrement le besoin pour une reconnaissance des services aux écosystèmes que l’agriculture fournit. Elle a été rejointe par quatre jeunes provenant des quatre coins du globe.

L’ACB a également participé à un dîner de haut niveau, où plus de 170 invités — allant des ambassadeurs, des représentants des états membres du CSA et divers intervenants de l’industrie — ont participé à des discussions sur les données et la science. Un important sujet, car les producteurs de bœuf canadiens dépendent des données et de la science pour accroître la production et l’efficacité environnementale.

L’étendue des discussions qui ont eu lieu et la diversité des personnes rencontrées tout au long de la semaine étaient inspirantes. L’équipe de l’ACB attend avec impatience le retour des leçons apprises pour profiter à nos producteurs et nos éleveurs de bœuf canadiens.

L’ACB aimerait également remercier l’International Agri-Food Network (IAFN, coordonnateur élu du mécanisme du secteur privé) d’avoir facilité une excellente expérience.

Source : ACB

Retour en haut


Transport du bétail — Préparation des producteurs pour la campagne de vente d’automne

Read the original article

Le Règlement sur la santé des animaux – transport sans cruauté mis à jour est entré en vigueur en 2020 et il comprenait les exigences requises en matière de documents de transfert de garde et de registres de transport d’animaux. Il n’y a pas de nouveaux changements à ce règlement cet automne, mais alors que la campagne de vente d’automne s’accélère, l’Association canadiennes des bovins (ACB) souhaite sensibiliser la population sur le fait que les exigences en matière de documents de transfert de garde et de registres de transport d’animaux s’appliquent aux éleveurs et aux producteurs qui transportent leur propre bétail pour le commerce.

À quel moment le document de transfert de garde est-il requis ?

Un document de transfert de garde est requis lorsque du bétail est transféré aux endroits suivants :

  • Un abattoir (fédéral ou provincial)
  • Un site intermédiaire incluant un parc de groupage ou un marché aux enchères

À quel moment un registre de transport d’animaux est-il requis ?

Un registre de transport d’animaux est requis lorsque du bétail est transporté dans le cours des activités commerciales ou lorsqu’une transaction financière se déroule. Il n’est pas requis pour les déplacements d’élevage/de régie de routine si aucun transfert d’intendance n’a lieu.

Comment les producteurs peuvent-ils satisfaire aux exigences ?

  • Il n’y a pas de formulaires standards pour le document de transfert de garde ou le registre de transport d’animaux.
  • L’information requise dans le document de transfert de garde et le registre de transport d’animaux se chevauche. Toute l’information peut être indiquée sur une feuille de papier ou ajoutée à de la documentation existante comme un manifeste provincial pour éviter la duplication.
  • Des formulaires ont été développés par de nombreux groupes comme VBP+ et Beef Farmers of Ontario.
  • Le registre de transport d’animaux DOIT être conservé par le transporteur pendant 2 ans, mais il n’a pas besoin d’être fourni à quiconque, tandis qu’il est seulement RECOMMANDÉ que le document de transfert de garde soit conservé, il DOIT être fourni au site intermédiaire ou aux enchères.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a développé une ressource de carte postale pour les producteurs primaires. La Livestock Markets Association of Canada (LMAC) a convenu de demander à ses membres de distribuer cette information aux producteurs avec les paiements au cours de la campagne de vente d’automne de cette année. Cette ressource est incluse ci-dessous à titre de référence.

Source : ACB

Retour en haut

 

NOUVELLES RÉGIONALES

Saguenay-Lac-Saint-Jean : INVITATION – Soirée bovine 2022

Quand : Mercredi 7 décembre 2022 dès 16 h

Où : À l’Orée des champs au 795. 7e rang, Saint-Nazaire (Québec) G0W 2V0

Tarif : GRATUIT

INSCRIPTION OBLIGATOIRE

Date limite : 2 décembre 2022

Mme Véronique Lemay Lavoie

vlemaylavoie@upa.qc.ca

(418) 542-5666 poste 269

Cliquez ICI pour connaître la programmation

Source : Les Producteurs de bovins du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Retour en haut

 


Capitale-Nationale-Côte-Nord : Journée bovine 2022

Le 22 octobre dernier, près d’une cinquantaine de personnes ont participé à la traditionnelle Journée bovine des Producteurs de bovins de la Capitale-Nationale-Côte-Nord.

Cette année, cette activité s’est déroulée sous le thème du Stress thermique, un sujet brûlant : mieux le comprendre et mieux s’adapter. Lors de cette journée, les participants ont pu assister à deux conférences sur le sujet ainsi que visiter la Ferme Paul-Henri Paquet et fils enr. située à Pont-Rouge.

Cette journée fut très appréciée des participants, autant pour la qualité des conférences, les échanges entre les producteurs et la générosité des informations divulguées par Michel et Sylvain Paquet.

Merci à tous pour votre implication et votre participation !

Source : Les Producteurs de bovins de la Capitale-Nationale-Côte-Nord

Retour en haut


Abitibi-Témiscamingue : Tournée du président et du directeur des Producteurs de bovins du Québec

Le président des Producteurs de bovins du Québec, Jean-Thomas Maltais et son directeur, André Roy, étaient à Rouyn-Noranda le 17 novembre dernier à l’invitation des Producteurs de bovins d’Abitibi-Témiscamingue. Une vingtaine de producteurs et productrices ont participé à la journée afin d’échanger sur les principaux enjeux de la production bovine.

En après-midi, les producteurs de la relève Yann Aumond et sa conjointe Christine Duchesne Mercier les ont accueillis à leur ferme pour parler de leur parcours et montrer leurs installations. Ils sont entrés en production en 2014 avec une trentaine de vaches. L’entreprise n’a jamais cessé de croître depuis. Le troupeau contient maintenant plus de 200 têtes. Le couple a cependant dû traverser plusieurs difficultés et se montrer très persévérant. Les discussions ont beaucoup porté sur la gestion bovine.

La journée s’est terminée avec le souper et la discussion de la Tournée. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour, mais certains sujets ont amené plus d’échanges tels que le développement

 

Source : Les Producteurs de bovins d’Abitibi-Témiscamingue

Retour en haut


Lanaudière : Tournée de réseautage des Producteurs de bovins de Lanaudière

Le 4 novembre dernier avait lieu une tournée de réseautage organisée par les Producteurs de bovins de Lanaudière. Il s’agissait d’une occasion pour les producteurs de se rencontrer et de discuter entre eux ainsi qu’avec divers intervenants du monde agricole afin que tous puissent en apprendre davantage sur les différents secteurs de production de la grande famille bovine.

La tournée s’est arrêtée sur trois fermes du territoire lanaudois, soit celle de M. Martin Drainville, producteur de veaux d’embouche à St-Damien-de-Brandon, celle de M. André Ricard, producteur de bouvillons à St-Alexis et celle de M. Patrice Ricard, producteur de veaux de grain à l’Épiphanie.

 

Les participants ont également eu la chance de déguster un excellent repas de bœuf braisé, préparé par la Cabane à sucre Dupuis de St-Jacques, le tout agrémenté de deux conférences d’intérêt pour les producteurs soit Mme Marly Bah, de la Financière agricole au sujet du programme d’investissement à la croissance durable et monsieur Jocelyn Jacob qui a partagé ses connaissances au sujet de la manipulation des bovins.

Mme Caroline Proulx, ministre du Tourisme et députée de Berthier ainsi que M. François St-Louis, député de Joliette, étaient également présents pour l’heure du dîner. Mme Proulx, en tant que ministre responsable de la région de Lanaudière, a profité de l’occasion pour adresser quelques bons mots aux participants.

Source : Les Producteurs de bovins de Lanaudière

Retour en haut